Recettes

Parfum d’armoire: « Laine et Cachemire »

 

Mélangez sur un support neutre :

5 gouttes d’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas

4 gouttes d’huile essentielle de Lavandin

3 gouttes d’huile essentielle de Citron

1 goutte d’huile essentielle de Clou de girofle

Les 13 gouttes de cette synergie, toutes les semaines, sur un support neutre, au cœur de vos vêtements, éloigneront les mites et parfumeront délicatement votre linge.

Catégories : aroma bien-être, Ateliers Do it Yourself, Non classé, recettes, Soin bien-être

Synergie à diffuser

apaisante et  rassurante

 

Dans votre diffuseur, mélangez les huiles essentielles suivantes:

  • 9 gouttes de Cèdre de l’Atlas – Cédrus atlantica 
  • 6 gouttes de Géranium bourbon – Pelargonium x aspérum
  • 15 gouttes de Petitgrain bigarade – Citrus aurantium

Vous ajusterez ces proportions en fonction du besoin de votre diffuseur

Laissez-vous aller quelques minutes avec cette fragrance et ressentez les sensations dans votre corps.
Cette synergie parfumée vient vous réconforter, vous rassurer. Elle engendre une sensation de sécurité et de protection. Pour garder du tonus, se relier à soi-même et faire émerger ses besoins profonds. Elle apaise l’esprit pour redonner de la force et de la structure, idéal pour se redresser. Grâce à elle, il sera question d’équilibre. Reconnaitre ses forces et accepter ses limites, pour être, tout simplement

Lessive au lierre

Efficace et gratuite ⭐️ 🙏
merci Mère Nature !
Cela fait longtemps que j’ai en tête de faire un article sur cette lessive au Lierre. Mais par manque de temps, je reportais à plus tard…Aujourd’hui, le confinement me permet de reprendre toutes ces idées.Enfin avoir du temps…Pouvoir partager des choses simples, accompagner un retour vers la nature.Cette recette est, pour toutes les personnes habitant à la campagne, avec un jardin ou habitant proche d’une forêt.
Première étape : Cueillir l’équivalent d’un saladier ( environ 120g) de feuilles de Lierre grimpant (Hedera helix L.).
Cette plante est une espèce de lianes arbustives à feuilles persistantes. Vous la retrouverez donc toute l’année, elle s’enroule souvent le long des arbres, des clôtures et des murets de pierre. Très facile à reconnaître, il n’y a pas d’erreur possible.Ensuite, rincez les feuilles, pour enlever toute la poussière.Couper les feuilles finement. Attention, pour les personnes fragiles, portez des gants, car la plante fraîche peu être allergisante.
Prenez ces 120g de Lierre que vous recouvrez avec 2L d’eau 

Réalisez vous-même votre gel hydro-alcoolique

Pour faire face à l’épidémie et à la pénurie de gel hydroalcoolique, je vous propose une recette très facile à faire et 100% naturelle.

Ce gel désinfectant pour les mains laisse la peau hydratée et les mains douces car très riche en Aloe Vera et faiblement dosé en alcool.

  • la recette

35g de gel d’aloe vera ( ou 2 grosses cuillères à soupe)

10ml d’alcool à 70° ou d’alcool à 90° ( 2 cuillères à café)

5ml d’huile végétale de Jojoba ( 1 cuillère à café)

10 gouttes d’He de Ravintsara. Cinnamomum camphora

5 gouttes d’He de Laurier noble Laurus nobile L.

  • Préparation

Première étape, désinfection à l’alcool des ustensiles et récipients que vous allez utiliser pour la réalisation de la recette.

Dans un bol, versez les gouttes d’huiles essentielles puis versez l’alcool. Mélangez bien pour dissoudre les huiles essentielles.

Ajoutez ensuite l’aloe Vera et l’huile végétale. Mélangez encore et versez dans votre flacon de 50 ml, de préférence opaque.

Etiquetez ensuite votre flacon avec la date de fabrication, la dluo: se produit se conserve 2 mois à l’abri de la chaleur et le nom de votre préparation.

  • Quelques explications sur le choix des ingrédients

Le Gel d’Aloe Vera est un gel naturel très intéressante cosmétologie. En effet, il hydrate la peau et conserve son taux d’humidité.
Il nourrit, régénère la peau et lutte contre le vieillissement. Il calme les inflammations et stimule la croissance des nouvelles cellules grâce aux nombreux éléments nutritifs qu’il contient.

L’alcool à 90° ou à 70°: Désinfectant, antiseptique et bactéricide. Attention, trop d’alcool assèche et irrite les mains.

L’huile végétale de Jojoba: Hydrate et adoucit la peau. J’ai choisi cette huile, qui est en fait une cire, car sa structure est très proche de celle du sébum. Elle a une action nourrissante, protectrice, rééquilibrante et adoucissante. Elle préservera vos mains de l’effet asséchant de l’alcool.

L’huile essentielle de Ravintsara Cinnamomum camphora Excellente antivirale et antibactérienne à large spectre, immunostimulante, neurotonique et expectorante. Spécialiste des affections des voies ORL.

L’huile essentielle de Laurier noble Laurus nobilis: aux propriétés antivirales et antibactériennes puissantes, notamment sur les virus à ARN comme le coronavirus. Elle est également antalgique et immunostimulante.

  • Utilisation: Une noisette du produit dans le creux de vos mains, frottez vos mains l’une contre l’autre, jusqu’à pénétration complète du produit.
  • Précautions d’utilisation: Ne convient pas aux enfants de moins de 7 ans, en cas de grossesse et d’ allaitement, allergie à l’une ou l’autre des He, déconseillé en cas d’épilepsie et d’asthme.

 

Macérât de Pâquerette Bellis perennis.

 

Le macérât huileux de Bellis perennis est essentiellement utilisé pour des soins de bien-être pour la peau du visage et du corps ainsi que sur les cheveux.

Il a des propriétés galbantes et un effet tenseur qui est particulièrement intéressant pour les soins de la poitrine et du buste ainsi qu’en huile pour le corps après une grossesse ou un amaigrissement.

Très souvent utilisé également, pour le visage comme effet tenseur, raffermissant, il va regalber un ovale du visage, lisser un contour de l’oeil et redonner à la peau la fermeté qu’elle a perdue.

Ce macérât, a également des propriétés circulatoires et décongestionnantes. Appliqué sur un coup ou un bleu, il va tonifier la circulation sanguine et accélérer la résorption de l’hématome. Idéal en association avec le macérât d’Arnica

Mais comment faire?

Rien de plus simple! aujourd’hui je vous guide pas à pas sur la réalisation de votre macérât de Bellis.

Il y en a tellement dans mon jardin, un vrai tapis de fleurs, c’est très beau🐝.

Je commence par une cueillette des fleurs dans l’après-midi et je les laisse faner quelques jours de façon à ce qu’elles soient assez déshydratées. Il faut les aérer, les retourner sur leur support régulièrement pour favoriser le séchage. Avec ce séchage préalable, on évite les moisissures dues à un excès d’eau dans les fleurs et une altération trop rapide du macérât.

Pour réaliser une macération solaire, il existe 2 méthodes: à froid ou a chaud. Je préfère le travail à froid qui préserve toutes les qualités des huiles vierges et des plantes. La méthode à chaud doit être réalisée en température controlée et constante. En pratique, c’est assez difficile .

Alors que la méthode à froid est simple mais c’est vrai, c’est un peu plus long…

La nature ne nous apprend-elle pas la patience?

Comme pour toute recette, je prépare mes ustensiles  propres avant de commencer et je me lave les mains.

Donc je place les fleurs sèches dans le bocal (Il est important de choisir un pot adapté à la quantité de votre cueillette car l’excès d’air risque d’oxyder votre préparation) et je remplis d’huile végétale jusqu’à ce que toutes les fleurs soient recouvertes. Généralement cette macération est réalisée avec une huile de Tournesol ou d’olive Bio. Ce sont les deux huiles les plus utilisées pour les macérations car elles contiennent des acides gras insaturés (riches en omega6 et omega9)  excellents pour les besoins de la peau.

Une fois rempli et fermé, vous pouvez placer votre bocal dans un sac papier ( type sachet de fruits du marché, un peu épais, il ne doit pas laisser passer les rayons du soleil) et le placer en plein soleil. Le lendemain, pensez à vérifier le niveau de l’huile. Il est important d’en rajouter si le niveau a baissé. L’huile doit arriver juste au dessus des fleurs. S’il y a de l’humidité sur les parois du pot, il faut le laisser ouvert quelques heures pour que cette humidité résiduelle s’échappe.

Ainsi, les molécules lipophiles vont migrer de la plante vers l’huile sous l’action de la chaleur douce du soleil. Comme notre pot est protégé par le sachet, il n’y a pas de craintes d’oxydation et de dégradation par les uv. Cette migration est très lente, il faut compter 6 semaines de macération. Régulièrement, vous agiterez le pot pour mélanger la préparation.

Lorsque le temps est écoulé, il suffit de filtrer la préparation. Pour cela, placez un tissu fin ou un torchon en coton PROPRE sur un récipient en verre ( type saladier). Versez l’huile et les fleurs dans le torchon et formez un petit sac que vous pressez puis essorez avec vos mains pour recueillir le maximum de macérât.

Laissez reposer votre macérât une journée, avec un linge sur le récipient. Vérifiez qu’il n’y ait pas d’eau ou de matière mélangés, sinon il faut les retirer.

Vous pouvez alors le mettre en bouteille et étiqueter tout de suite  le produit avec son  nom et la date de la préparation. l’odeur et la couleur de votre macérât doit correspondre à la fleur de départ.

Il se conserve très bien dans un endroit sec, frais et à l’abri de la lumière.

Toutefois, si vous constatez un changement d’odeur ou de couleur, il est préférable de ne plus utiliser votre préparation.

Précautions: Attention aux réactions allergiques possibles chez les sujets sensibles aux Astéracées. Toujours réaliser un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser. A utiliser en usage externe uniquement.